De telles tactiques violent le droit international humanitaire, rappelle l'ONG.

L’armée ukrainienne a mis des civils en danger en établissant des bases militaires dans des écoles et des hôpitaux et en lançant des attaques depuis des zones peuplées pour repousser l’invasion russe, a affirmé dans un communiqué, jeudi 4 août 2022, Amnesty International.

De telles tactiques violent le droit international humanitaire et mettent gravement en danger la population civile, car elles transforment des biens de caractère civil en cibles militaires, avertit l’ONG. Les frappes russes, toujours selon la même source, qui en ont résulté dans des zones habitées, ont tué des civils et détruit des infrastructures civiles.

«Nous avons réuni des informations sur de nombreux cas où les forces ukrainiennes ont mis en danger des civil·e·s et violé les lois de la guerre en opérant dans des zones habitées», déclare Agnès Callamard, secrétaire générale d’Amnesty International. D’après ses dires, le fait de se trouver dans une position défensive n’exempte pas l’armée ukrainienne de l’obligation de respecter le droit international humanitaire.

Hits: 0

© Copyright LaPresse