Porteur et transmetteur de messages, le cinéma est un média très populaire qui participe à faire évoluer les postures et les mentalités sur des sujets de société essentiels. Le 7ème art est un vecteur primordial de la culture et à ce titre, il donne à voir, à s’interroger, à réfléchir à partir de récits du quotidien ou historiques, sur le mode réaliste, à travers des fictions ou encore des plaidoyers.

Courts et longs métrages, documentaires, tous genres cinématographiques traitent de sujets variés reflète la culture de la société, dans des formats variés … D’un point de vue matériel, ils sont faciles à visualiser, dupliquer et diffuser.

C’est dans ce cadre qu’une rencontre a été organisée, vendredi, dans le cadre du festival international du film de Dakhla. Animé par le journaliste Karim Douichi, ce conclave a été une occasion pour interpeller l’écrivaine, professeure universitaire, journaliste et productrice d’émissions, Rita El Khayat sur cette relation intime et indissociable entre la culture et le cinéma.

Pour cette intellectuelle amoureuse du 7éme art, le cinéma est un art éminemment populaire et de ce fait il fait indéniablement partie de la culture. Avec sa dimension hautement technologique multidimensionnelle est une synthèse de plusieurs formes de la culture.

Aujourd’hui, cette composante dominante de la culture à devenir hégémonique, mais également à se transformer en une arme prestigieuse et efficace pour réécrire les récits nationaux et pour signifier aux autres pays leur nouvelle puissance

Selon Mme El Khayat, qui est également médecin-psychiatre et psychanalyste, le cinéma de l’excellence et de la valeur est à la croisée de tous les arts. Il est un reflet de cultures diverses qui s’influencent, un outil de conscientisation qui, en tant qu’instrument d’éducation, permet de contribuer à sortir de cette enclave d’analphabétisme à travers le ciblage d’un large public.

Grâce au large public touché, le cinéma contribue à la diffusion des enjeux d’un développement durable, dans son approche systémique qui intègre et croise les dimensions environnementales, économiques et sociales.

Dans une déclaration, Mme El Khayat a souligné que les pratiques culturelles dans le monde entier sont en train de sculpter un développement différent. « On est plus uniquement dans un système politique mais dans un système de société de l’intérieur duquel il y a une surrection et qui s’exprime à travers des pratiques culturelles qui vont dicter des conduites économiques, sociales, humaines, anthropologiques et politiques… C’est extrêmement important », a-t-elle enchaîné.

Présidente de la Commission d’aide à la production cinématographique nationale du Centre cinématographique marocain (CCM) pour la 3ème fois consécutive (2012-2022), Mme El Khayat a tenu à assurer qu’elle « tient à honorer le mieux possible cette charge que je fais avec une passion totale pour savoir comment évolue ce cinéma ».

Répondant à tous ceux qui lui reproche le fait qu’elle ne maîtrise pas la langue arabe, alors que la majorité des productions cinématographiques postulant pour les fonds du CCM sont en langue arabe, « Qu’on me dise que je ne maîtrise pas la langue arabe, je vous assure que je s’entretue avec cette langue, corps à corps, pour avancer dans l’apprentissage de cette langue mais aussi avec cette langue utilisée dans les scénarii. J’avoue que c’est un exercice intellectuel majeur parce que je suis en train d’apprendre ».

Nonobstant, elle a exprimé son étonnement de voir tous les dossiers budgétaires « présentés systématiquement en langue française ».

Pour ce qui est du cinéma africain, cette cinéphile vorace, qui compte à son actif une intense production scientifique de 38 ouvrages et plus de 150 articles traduits dans plusieurs langues, a indiqué que le cinéma africain est une « passion que j’ai acquise il y a quelques années et fait partie d’un travail que j’ai fait sous le thème ‘femme et l’esclave’.

« Je suis entrée en Afrique à travers la problématique de la femme esclave et je me suis rendue compte que l’histoire de toute l’Afrique entière, il y 5 siècles, démarre avec l’esclavage puis la colonisation. Ce sont deux phénomènes totalement liés », a-t-elle fait observer.

Elle n’a pas manqué d’exprimer sa fierté d’appartenir à ce cher continent : « A travers ma chevelure qui n’est pas défrisée, je revendique mon africanité et je suis extrêmement dérangée quand les femmes africaines se lissent les cheveux. C’est mon message pour l’Afrique ».

De son côté, le Professeur sénégalais Magueye Kasse, médaillé de reconnaissance du Festival panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (FESPACO) a affirmé que le cinéma est un vecteur d’influence voire un outil stratégique à part entière dans la puissance des nations.

Selon cet officier de l’Ordre national du Lion (Sénégal) et citoyen d’honneur de Louisville, le thème sur la relation entre la culture et le cinéma est « important » et « vaste ». « Il est évident que nos sociétés qui sont devant le choix de se développer d’une certaine manière, doivent repenser le rapport entre la culture et le cinéma ».

Et d’ajouter que « les cinéastes sont les premiers à être interpellés pour cela. Le cinéma est un vecteur de la culture, un moyen par lequel on peut atteindre les cultures, pénétrer ces cultures, les discuter, les analyser et partant distinguer entre ce qu’on doit conserver et ce qu’on doit rejeter ».

« Nous sommes dans un système international dans lequel les cultures dominantes des pays développés ont tendance à imposer implicitement ou explicitement leurs cultures », a-t-il estimé, avant de lancer une mise en garde : « Si on ne fait pas attention, c’est la déperdition de nos cultures. Le cinéma doit lutter contre la déperdition et participer à l’échange culturel qui nous enrichit mutuellement ».

Pour lui, l’hybridité est un concept à appréhender au sens négatif. « On oublie nos cultures pour nous approprier des cultures totalement différentes des nôtres. En partant de notre culture qu’on maîtrise on peut raconter notre culture ».

Le coup d’envoi de la 10ème édition du Festival International du Film de Dakhla, a été donné, vendredi, en présence d’un parterre de professionnels du cinéma, de producteurs marocains et africains, de grandes figures du cinéma marocain ainsi que des personnalités des mondes de la culture, des arts et des médias.

Cette édition qui célèbre le cinéma africain à travers la présence de cinéaste de 13 pays africains, se veut une opportunité de révéler et mettre en valeur des œuvres de qualité pour servir l’évolution du cinéma national, favoriser le développement de l’industrie du film et célébrer le 7ème art à l’africain dans cette ville de Dakhla, perle du sud marocain, devenu au fil des ans un pôle urbain catalyseur d’investissements et une destination touristique par excellence.

Organisée par l’Association pour l’animation culturelle et artistique dans les provinces du Sud, cette édition verra la participation de 7 films qui concourent pour les prix du festival à savoir le Prix spécial du jury, le Prix de la Réalisation et le Grand Prix.

Les films de la compétition officielle sont : « La nuit des rois » – Philippe Lacôte (Côte d’Ivoire), « Juju stories » – Abba T Makama, C J ‘Fiery’ Obasi, Michael Omonua (Nigeria), « Amansa Tiafi » – Kofi Ofosu-Yeboah (Ghana), « Breakable » – Ahmed Rashwan (Egypte), « Bendskins » – Narcisse Wandji (Cameroun), « Annatto » – Fatima Ali Boubakdi (Maroc), et « la traversée » – Irene Tassembedo (Burkina Faso)

Le jury de cette dixième édition est présidé par le réalisateur et producteur sénégalais Moussa Tourré. Il est composé des actrices béninoise Tella Kpomaho et marocaine Farah El Fassi outre les réalisateurs congolais David-Pierre Fila et tunisien Sami Tlili.

© Copyright LaPresse