Le Comité du patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO se réunira à Rabat du 28 novembre au 3 décembre 2022, pour examiner les candidatures d’inscription aux listes du patrimoine immatériel, annonce, ce mardi 22 novembre 2022, l'organisation onusienne.

lg.php?bannerid=0&campaignid=0&zoneid=278&loc=https%3A%2F%2Ffr.le360.ma%2Fpolitique%2Funesco reunion a rabat du comite du patrimoine culturel immateriel pour decider de nouvelles 270851&referer=https%3A%2F%2Ffr.le360Composé de 24 représentants élus parmi les 180 États parties à la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, et présidé par le Maroc, le Comité examinera 56 demandes d’inscription, indique l’UNESCO dans un communiqué.

Il s’agit de 46 demandes d’inscription sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, 4 demandes d’inscription sur la Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente et de 5 propositions de sélection au Registre de bonnes pratiques de sauvegarde.

Il examinera également une demande d’assistance financière internationale déposée par le Malawi et une série de rapports sur l’état des éléments précédemment inscrits.

La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel promeut la sauvegarde des connaissances et du savoir-faire nécessaires à l’artisanat traditionnel ainsi que des pratiques culturelles transmises de génération en génération, comme les traditions orales, les arts du spectacle, les pratiques sociales, rituels et événements festifs ou encore les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers.

La Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité compte à ce jour 530 éléments inscrits. Elle vise à reconnaître et promouvoir la diversité des pratiques culturelles et savoir-faire portés par les communautés. Cette nécessite une sauvegarde urgente compte à ce jour 72 éléments inscrits.

Elle recense les éléments du patrimoine vivant dont la pérennité est menacée et permet aux États parties à la Convention de mobiliser la coopération et l’assistance internationales nécessaires pour renforcer la transmission de ces pratiques culturelles, en accord avec les communautés concernées.

Le Registre de bonnes pratiques de sauvegarde compte à ce jour 29 projets. Il recense les programmes, projets et activités qui reflètent le mieux les principes et les objectifs de la Convention.

Vues : 2

© Copyright LaPresse