Joe Biden a affirmé jeudi qu'il était favorable à ce que le Congrès mette fin à l'obstruction parlementaire (filibuster) pour adopter une législation garantissant un droit national à l'avortement.

Selon les règles du Sénat américain, les législateurs ont besoin d’une majorité de 60 voix pour adopter les projets de loi, une mesure dite de “filibuster” qui encourage la recherche de compromis entre les deux partis. Cette règle suscite toutefois la frustration de nombreux démocrates qui estiment qu’elle les empêchent de profiter de leur majorité actuelle au Sénat pour mettre en œuvre leur agenda.

“Je crois que nous devons codifier Roe v. Wade dans la loi. Et la façon d’y parvenir est de s’assurer que le Congrès vote en ce sens et si l’obstruction est un obstacle, c’est comme le droit de vote, il devrait y avoir (…) une exception”, a déclaré Biden lors d’une conférence de presse à Madrid, en marge de sa participation au Sommet de l’Otan.

“La première chose à faire est de faire comprendre à quel point cette décision était scandaleuse”, a souligné le locataire de la Maison Blanche.

Le président Biden, qui était jusque-là opposé à la levée du filibuster, a renchéri plus tard dans la journée dans un message sur Twitter.

“Nous devons codifier Roe vs. Wade dans la loi. Si le filibuster s’y oppose, nous devrions prévoir une exception au filibuster pour faire face à la décision de la Cour suprême”, a-t-il écrit.

Malgré la position affichée par le président américain, les sénateurs démocrates Joe Manchin (Virginie occidentale) et Kyrsten Sinema (Arizona) se sont opposés aux efforts visant à supprimer le filibuster M. Manchin a réitéré récemment son soutien à la règle, même après la fin de l’arrêt Roe.

Hits: 0

© Copyright LaPresse