Après les opérateurs du transport, c'est au tour des acteurs du secteur de la distribution de réclamer l'appui du gouvernement face à la hausse des prix des carburants.

La Fédération nationale des métiers de la distribution des produits, Tijara, a tenu mercredi une réunion afin d’examiner l’impact de cette hausse, jugée “grave”, sur le coût opérationnel des distributeurs.

“Le secteur de la distribution est un secteur très spécifique traitant, certes, de gros volumes, mais contre des marges très réduites comprises seulement entre 1 et 2%. Ainsi, la hausse des prix du carburant devient une véritable entrave qui pénalise les acteurs de la distribution. L’impact de la hausse du litre de 8,6 dirhams en moyenne en 2021 à 14 dirhams (1 euro= 10,7 dirhams) en 2022, génère une augmentation sur coût direct de 1,5 à 3% en fonction de la taille des distributeurs”, affirme la fédération dans un communiqué.

Les acteurs du secteur, qui se disent “étonnés d’avoir été exclus des aides gouvernementales”, appelant le ministre de tutelle et du transport à tenir “une réunion de crise et ce, en urgence afin de sauver le secteur”.

Hits: 0

© Copyright LaPresse