La 31ème assemblée annuelle de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), prévue du 10 au 12 mai à Marrakech, se veut une occasion privilégiée pour jeter la lumière sur les différents défis de taille auxquels sont confrontées les économies mondiales.

Premier rassemblement physique de la BERD depuis Sarajevo en 2019, cet événement, placé sous le thème « Relever les défis dans un monde turbulent », réunira les représentants des 73 pays et actionnaires institutionnels de la Banque, dont le Maroc.

Cette Assemblée annuelle devra réunir, également, des représentants de gouvernements, des personnalités issues du monde des affaires, des décideurs, des universitaires et des leaders d’opinion.

C’est pour la première fois que la BERD choisit un pays africain pour y organiser son assemblée annuelle, ce qui témoigne de la confiance dont jouit le Maroc auprès de ses partenaires internationaux en termes d’accueil de manifestations de grande envergure.

« La tenue au Maroc de cet événement illustre l’attractivité du Royaume en tant que centre d’affaires et destination touristique de premier plan », a souligné, à cet égard, le secrétaire général de la BERD, Kazuhiko Koguchi.

»L’assemblée annuelle de la BERD, qui constitue la réunion annuelle des actionnaires de la Banque, est l’occasion de démontrer notre engagement envers nos pays d’opérations et de redynamiser leurs économies après deux ans de restrictions liées à la pandémie », a-t-il relevé.

Elle se tient dans un contexte particulier marqué par les répercussions néfastes de la crise sanitaire sur la croissance mondiale couplées à un conflit entre la Russie et l’Ukraine qui pèse lourdement sur les perspectives de reprise économique et plombe le moral des marchés.

Les effets conjugués de ces différentes crises simultanées appellent à une action rapide et coordonnée de la Banque pour soutenir ses membres et leur prémunir contre une inflation galopante et une hausse des prix tous azimuts.

Ainsi, cette édition promet un riche programme avec des intervenants de grand calibre, pour débattre des défis mondiaux tels que le soutien à la croissance économique, la lutte contre le changement climatique et le renforcement de l’environnement des affaires dans les régions où la Banque investit.

Dans le détail, cette assemblée abordera les moyens à même de promouvoir les échanges commerciaux à l’échelle mondiale, après une période de vaches maigres sur fond de chamboulements inédits des chaînes de valeur mondiales et de lignes de production.

Il s’agit également de mettre en lumière le rôle de la digitalisation qui a pris beaucoup d’ampleur durant la crise sanitaire, malgré le gap en matière de son implémentation, eu égard aux grandes disparités économiques entre les pays.

En parallèle avec son assemblée générale, la BERD tiendra son forum d’affaires qui s’impose en tant que plateforme idoine pour explorer les opportunités d’investissement et nouer des liens durables d’affaires.

Les panels du Business Forum se pencheront, quant à eux, sur la numérisation, la durabilité et la transition vers une économie verte, la mobilisation des capitaux privés, l’égalité et l’inclusion, aux côtés d’autres thèmes d’actualité.

La BERD opère dans 38 économies, de l’Europe centrale à l’Asie centrale et à la Méditerranée méridionale et orientale, y compris l’Afrique du Nord. Elle envisage d’étendre son champ d’action géographique à l’Afrique subsaharienne et à l’Irak.

Le Maroc est un membre fondateur de la BERD. À ce jour, la BERD a investi plus de 3,2 milliards d’euros au Maroc à travers 83 projets.

Hits: 0

© Copyright LaPresse