Le Maroc a été réélu, ce lundi à New York, pour un troisième mandat consécutif (2023-2027) en tant que membre du Comité des Droits de l’Enfant, en la personne de l’experte marocaine Hynd Ayoubi Idrissi, et ce lors des élections tenues à l’occasion de la 19ème réunion des Etats Parties à la Convention des Nations-Unies relative aux Droits de l’Enfant.

En lice avec treize autres candidats pour les neuf sièges vacants au sein dudit Comité, Hynd Ayoubi Idrissi a été élue au premier tour avec 137 voix, grâce à une campagne qui a mobilisé l’ensemble de l’appareil diplomatique du Maroc.

Docteur en droits de l’Homme, professeur universitaire et consultante internationale dans le domaine des droits de l’Enfant, l’experte marocaine a réussi, durant ses deux premiers mandats, à gagner l’estime de ses homologues et des Etats parties grâce à sa contribution substantielle aux travaux du Comité et son engagement avéré dans l’accomplissement de son mandat, en particulier dans le contexte de la pandémie de la Covid-19.

Ce nouveau mandat permettra à l’experte marocaine de poursuivre le travail qu’elle a entamé en faveur du renforcement de l’intégralité et de la transversalité des droits de l’Enfant, du suivi de la Convention sur les Droits de l’Enfant et des méthodes de travail du Comité.

Le Comité des Droits de l’Enfant est un organe international indépendant chargé de surveiller la mise en œuvre de la Convention relative aux Droits de l’Enfant, le traité le plus largement ratifié parmi les instruments juridiques internationaux relatifs aux droits de l’Homme.

Il est composé de dix-huit experts indépendants de haute moralité et possédant une expérience reconnue dans le domaine des Droits de l’Enfant. Ses membres sont élus pour un mandat de quatre ans renouvelables.

Vues : 0

© Copyright LaPresse