Le gouvernement éthiopien serre la vis aux informations diffusées sur le conflit guerre opposant l’armée fédérale aux rebelles du front de libération du peuple du Tigray (TPLF) dans le nord du pays.

Selon un décret publié jeudi soir, « il est interdit de répandre, via n’importe quel moyen de communication, tout mouvement militaire (ou) issue (des combats) sur le champ de bataille» qui n’a pas été officiellement communiqué par le gouvernement.

Les autorités éthiopiennes ont aussi interdit à la population d’«utiliser les différents types de plateformes médiatiques pour soutenir directement ou indirectement le groupe terroriste (allusion faite au TPLF) ».

«Les forces de sécurité prendront les mesures nécessaires contre ceux qui auront été pris en violation» de ce décret, précise-t-on.

Hits: 0

© Copyright LaPresse