Une soixantaine de jihadistes ont été tués dans le nord du Burkina Faso lors d’une opération conduite par les forces burkinabè, assistées par des unités françaises de l’opération Barkhane, a annoncé l’état-major de l’armée française.

“A quatre reprises, entre le 16 et le 23 janvier 2022, différents groupes de terroristes ont été localisés, identifiés et neutralisés par les forces burkinabè et par les unités de Barkhane”, précise l’état-major dans un communiqué relayé par la presse locale.

“Au total, près d’une soixantaine de terroristes ont été mis hors de combat”, a poursuivi l’armée française.

Jeudi soir, dans sa première allocution depuis sa prise de pouvoir lundi, le nouvel homme fort du Burkina, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, avait déclaré à la télévision nationale que son pays avait “plus que jamais besoin de ses partenaires”.

Hits: 0

© Copyright LaPresse