La Chine ne contourne pas “délibérément” les sanctions occidentales contre la Russie, a assuré samedi Pékin, au lendemain d’un avertissement de l’UE que tout soutien à Moscou nuira à ses relations économiques avec l’Europe.

Proche partenaire de Moscou, Pékin s’est jusqu’à présent gardé de condamner l’invasion russe, se contentant d’appeler l’ensemble des parties à la retenue.

Les Occidentaux pressent le géant asiatique de manifester clairement son opposition à l’offensive du Kremlin.

Vendredi lors d’un entretien avec les dirigeants chinois, l’UE a prévenu que tout soutien à Moscou pour contourner les sanctions occidentales nuira aux relations économiques de Pékin avec l’Europe, son premier partenaire commercial.

“Nous ne faisons rien pour délibérément contourner les sanctions imposées à la Russie”, a indiqué samedi le responsable des affaires européennes auprès de la diplomatie chinoise, Wang Lutong.

Pékin s’oppose aux sanctions contre la Russie et les juge contreproductives pour résoudre la situation en Ukraine.

Les entreprises chinoises font cependant preuve de prudence dans leurs échanges avec la Russie, de peur d’être frappées par ricochet par ces sanctions.

“La Chine n’est pas partie prenante à la crise ukrainienne […] Par conséquent, nos échanges commerciaux avec Moscou ne devraient pas être visés” par des sanctions, a estimé M. Wang, interrogé par la presse au lendemain d’un sommet Chine-UE.

Alors que le pouvoir communiste défend son amitié “solide comme un roc” avec Moscou, l’UE veut dissuader la Chine de soutenir activement la Russie dans sa guerre contre l’Ukraine, en augmentant ses achats d’hydrocarbures ou par une aide financière.

Un tel soutien “ternirait gravement la réputation de la Chine en Europe”, où les entreprises “regardent comment les pays se positionnent”, a observé vendredi la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, après un entretien en visioconférence avec le président chinois Xi Jinping.

“Nous espérons que la Chine prend en considération l’importance de son image internationale et de sa relation économique avec l’UE”, a renchéri Charles Michel, président du Conseil européen, qui participait au sommet virtuel.

Pékin a par ailleurs appelé à ne pas “surestimer” son rôle auprès de Moscou pour mettre fin aux hostilités en Ukraine.

“Dire aux Russes +vous devez arrêter cette guerre et les Russes arrêteront+: ça ne marche pas comme ça”, a jugé Wang, arguant que l’invasion de l’Ukraine est une “décision indépendante prise par la Russie”.

Hits: 0

© Copyright LaPresse