Les Nations Unies ont condamné vendredi l’attaque au missile par les forces russes contre une gare ferroviaire, qui a fait des dizaines de civils, dont des enfants.

Dans un communiqué publié vendredi, le Coordinateur de crise de l’ONU pour l’Ukraine, Amin Awad, a déclaré que beaucoup de personnes avaient subi de terribles blessures à la gare de Kramatorsk et que le nombre de morts était susceptible d’augmenter.

” Il a été largement rapporté au cours des deux derniers jours que la station et ses environs étaient pleins de civils tentant de fuir l’intensification des hostilités “, a déclaré M. Awad dans un communiqué. ” Nous sommes extrêmement troublés par les informations faisant état d’enfants, de femmes, de personnes âgées et de personnes handicapées – les personnes les plus vulnérables de la région de Kramatorsk – qui ont été pris dans cette attaque “.

Des cessez-le-feu locaux sont nécessaires plus que jamais en Ukraine alors que le conflit se déplace vers les régions orientales après le retrait de la Russie de la région autour de la capitale Kyïv, ont déclaré vendredi des responsables humanitaires de l’ONU.

Six semaines après l’invasion russe, des milliers de civils seraient toujours piégés dans la ville portuaire méridionale de Marioupol, où ils ont dû faire face à des semaines de bombardements intensifs.

Mais il n’y a toujours pas d’accord de trêve entre les forces russes et ukrainiennes pour les laisser s’échapper en toute sécurité, alors que le chef de l’humanitaire de l’ONU, Martin Griffiths, poursuit ses efforts de médiation.

” Ce qui est important, c’est d’amener les parties à s’entendre sur des cessez-le-feu localisés “, a déclaré Jens Laerke, porte-parole du Bureau de coordination de l’aide humanitaire des Nations Unies (OCHA). ” C’est une priorité absolue de faire taire les armes dans ces villes, Marioupol étant la plus touchée, celles où les citoyens sont piégés “. ” Pour leur permettre de se mettre volontairement en sécurité, dans un lieu de leur choix. Et pour permettre à l’aide d’entrer “, a-t-il ajouté.

Alors que les combats se déplacent vers les régions de Louhansk et de Donetsk où les séparatistes soutenus par la Russie contrôlent déjà une partie de ces régions, Laerke a déclaré que l’ONU et ses partenaires essayaient d’acheminer autant d’aide que possible.

” Les gens sont toujours terrés dans les sous-sols de Louhansk et de Donetsk. Nous avons dans notre planning des convois pour y aller… la semaine prochaine “, a-t-il dit.

Hits: 0

© Copyright LaPresse