« La porte est ouverte, c’est une option normale, mais à ce jour je n’ai pas frappé à cette porte, je n’ai pas dit que vous alliez dans cette pièce, je n’ai pas entendu parler de cette possibilité. Mais cela ne signifie pas que vous ne commencez pas à penser après-demain, n’est-ce pas ? Mais en ce moment, honnêtement, non. Même ce voyage était un peu une épreuve… c’est vrai qu’on ne peut pas voyager dans cet état, il faut peut-être changer un peu le style, diminuer, payer les dettes des voyages qui restent à faire, réorganiser.. Mais ce sera au Seigneur de le dire. La porte est ouverte, c’est vrai », a déclaré le Pape François aux journalistes à son retour du Canada.

Le Souverain Pontife a ensuite parlé de son état de santé et de la possibilité de subir une intervention chirurgicale.

“Je ne pense pas que cela puisse aller au même rythme qu’avant. Je crois qu’à mon âge et avec cette limitation je dois économiser un peu pour pouvoir servir l’Église. Alors, au contraire, je peux penser à la possibilité de se retirer, ce n’est pas, en toute honnêteté, une catastrophe, vous pouvez changer de pape, vous pouvez changer, il n’y a pas de problème. Mais je pense que je dois me limiter un peu avec ces efforts”. a-t-il expliqué.

Et de conclure: “La chirurgie du genou ne fonctionne pas, dans mon cas. Les techniciens disent oui, mais il y a tout le problème de l’anesthésie, j’ai subi plus de six heures d’anesthésie, il y a dix mois et il y a encore des traces. On ne plaisante pas avec l’anesthésie”, a-t-il dit.

Vues : 1

© Copyright LaPresse