Le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, menacé de destitution après un scandale aux relents de corruption a lancé lundi une contre-attaque et rallié le soutien du parti au pouvoir: le Parlement a annoncé repousser le vote sur une éventuelle procédure pour le démettre de ses fonctions.

Depuis des mois, Cyril Ramaphosa est gêné par une sombre affaire. Une plainte déposée en juin l’accuse d’avoir tenté de dissimuler à la police et au fisc un cambriolage dans l’une de ses luxueuses propriétés. Les malfaiteurs avaient emporté, en février 2020, 580.000 dollars en liquide camouflés sous les coussins d’un canapé.

Le Parlement devait décider mardi en session extraordinaire de lancer ou non une procédure de destitution sur la base d’un rapport parlementaire. Une commission indépendante a conclu la semaine dernière que le président « a pu commettre » des actes contraires à la loi dans le cadre de l’affaire, ouvrant la voie à une procédure de destitution.

« Nous sommes tous d’accord sur (la date du) 13 décembre », a déclaré tard dans la soirée Nosiviwe Mapisa-Nqakula, lors d’une réunion spéciale de programmation. Le report a été justifié par la nécessité de donner à chaque élu le temps de se rendre au Cap où siège le Parlement pour un vote, décrit par certains députés, comme « sans précédent ».

Vues : 0

© Copyright LaPresse