La Russie a admis avoir pulvérisé un de ses satellites en orbite au cours d’un tir d’essai, tout en jugeant « hypocrites » les déclarations de Washington qui l’accuse d’avoir mis en danger l’équipage de la Station spatiale internationale (ISS).

Ce mardi midi, la Russie maintient qu’elle n’a pas mis en danger l’ISS. « Le 15 novembre, le ministère russe de la Défense a mené avec succès un test à l’issue duquel l’engin spatial Tselina-D, en orbite depuis 1982 et inactif, a été détruit », a indiqué l’armée russe, assurant que la Russie n’a pas mis en danger l’ISS.

Hits: 0

© Copyright LaPresse